Le rôle de l’IDEL est primordial au domicile des patients sous chimiothérapie. Réaliser la totalité de la chimiothérapie sous perfusion à domicile n’est pas possible, elles sont donc toujours débutées à l’hôpital. Mais, par la suite, c’est vous, IDEL, qui devenez le relai de l'hôpital. Grâce à la prise en charge des IDEL, les patients ont vu leur quotidien s’améliorer. Tous les ans, près de 4 000 personnes, en France, bénéficient d’un traitement sous chimiothérapie à domicile. Vous êtes les professionnels de santé les plus impliqués et indispensables dans la prise en charge de ces soins. Vous êtes garants de leur qualité et de vos bonnes pratiques. Suivre une formation oncologie est capital pour garder vos compétences intactes.

Sommaire

Le cancer : votre rôle d’IDEL indispensable à domicile

Il arrive que certains de vos patients découvrent une anomalie au cours d’une prise de sang. Qu’est-ce qui se passe ensuite ?

Ils vont chez leur médecin traitant : des examens complémentaires sont prescrits et vous êtes souvent les premiers à apprendre la triste nouvelle.Le diagnostic tombe, l’annonce de la maladie vient d’être donnée, c’est un cancer. Même si vous aussi vous êtes sonné par la triste nouvelle, il faut faire face car vous êtes alors leur bouée de sauvetage, et ils ont besoin de vous. Votre rôle est primordial, vous êtes à la fois une oreille bienveillante, présent pour répondre à leurs questions nombreuses et pour les accompagner dans cette épreuve difficile.

Le cancer est une maladie chronique, la prise en charge est pluridisciplinaire et longue. Souvent, votre rôle d‘infirmière libérale intervient au moment des traitements par chimiothérapie à domicile. Le but est de permettre le meilleur suivi du patient, lui assurer un confort de prise en charge et un soutien capital dans cette douloureuse épreuve de la maladie.

Les soins infirmiers dans le cadre d’une chimiothérapie à domicile

Si elles débutent à l’hôpital, les séances de chimiothérapie se terminent souvent au domicile du patient. 

Les cures de chimiothérapies intraveineuses s’espacent dans le temps, alternant la pose de la cure à l’hôpital et le retrait de la perfusion de la chimiothérapie à domicile. Vous êtes celles et ceux qui permettent ce retour chez soi grâce à la mise en place d’une surveillance à domicile. Sans cette coordination ville-hôpital multidisciplinaire, cette prise en charge ne serait pas possible.

Le rôle de l’IDEL dans la surveillance des effets indésirables de la chimiothérapie à domicile est crucial et déterminant pour la suite des soins. Le suivi des patients sous chimiothérapie nécessite une prescription médicale ou un protocole écrit, daté et signé par un médecin. L’administration de solutés ou de médicaments par voie veineuse correspond à une séance de perfusion. Cette séance de perfusion de chimiothérapie à domicile nécessite une surveillance accrue et elle est rarement isolée : d’autres soins sont souvent réalisés souvent en parallèle de la prise en charge du cancer.

Avec le plan cancer, le rôle de l’équipe multidisciplinaire à domicile est devenu important, notamment avec une augmentation des compétences de chacun et chacune.
Vous rencontrez alors souvent comme type des soins :

  • la pose et l’ablation de l’aiguille sur PAC
  • le pansement et/ou la séance d’entretien du picc line
  • le rinçage (sous 48 heures)  et réfection du pansement
  • les injections ante et post chimiothérapie 
  • la supervision de la prise de médicaments
  • les pansements annexes quand il y a eu opération
  • sans oublier tout le soutien psychologique et la participation aux soins de support

La question que se posent souvent les IDEL est : dans le cadre d’une surveillance de perfusion de chimiothérapie anticancéreuse à domicile, que doit-on coter ?

Les cotations à retenir

Afin d’y répondre avec le plus de clarté possible, vous pouvez rejoindre la formation NGAP, et la formation sur la surveillance d’un patient sous chimiothérapie à domicile.

Mais voici quelques éléments de réponse.

Pour la prise en charge de chimiothérapie à domicile, 3 cotations sont à retenir particulièrement :

  • AMI 4 : Forfait pour l’organisation de la surveillance d’une perfusion, de la planification des soins, y compris la coordination avec les autres professionnels de santé, les prestataires et les services sociaux, à l’exclusion du jour de la pose et de celui du retrait, par jour (ne peuvent être notés, à l’occasion de cet acte, des frais de déplacement ou des majorations de nuit ou de dimanche)
  • AMI 4.1 : Changement de flacon(s) ou branchement en Y sur dispositif en place ou intervention pour débranchement ou déplacement du dispositif ou contrôle du débit, pour une perfusion sans surveillance continue, en dehors de la séance de pose.
  • AMI 5 : Forfait pour arrêt et retrait du dispositif d’une perfusion, y compris le pansement, la tenue du dossier de soins éventuellement la transmission d’informations nécessaires au médecin prescripteur ; ce forfait ne se cumule pas avec un forfait de perfusion sous surveillance continue

Pour vous assurer de bien coter selon les règles de la NGAP, outre le fait de se former, voici ce que vous devez faire. Vous devez vérifier que l’ordonnance mentionne bien “Surveillance de la perfusion jusqu’à son retrait, retrait de la perfusion et rinçage, pansement”.

  • Vous cotez AMI 4.1 (+ déplacement et indemnités qui s’appliquent) pour chaque intervention auprès du patient. Ces interventions doivent bien sûr être justifiées et tracées sur le dossier de soin
  • Vous cotez AMI 5 le jour du retrait de la perfusion

Pour les autres soins souvent associés à la prise en charge, il en est de même, assurez-vous que tous les éléments soient mentionnés pour pouvoir coter selon les règles de la NGAP.

Les autres soins que vous pouvez rencontrer dans le cadre d’une chimiothérapie à domicile sont : 

  • les bilans sanguins
  • les injections sous-cutanées et intraveineuses
  • les pansements
  • les soins de nursing suivant l’état du patient.

Questions fréquemment posées

Pour améliorer vos cotations, nous vous proposons une FAQ avec réponses de notre expert NGAP : 

Existe-t-il des cotations spécifiques pour le patient cancéreux ?

Oui, il y a un article spécifique dans la NGAP (Art 4 du chap II). Nous retrouvons notamment les injections sous cutanées qui se cotent AMI 1,5. L’AMI 9 de perfusion courte passe AMI 10 et l’AMI 14 pour perfusion longue passe AMI 15.

Comment se cotent les pansements et rinçages de picc line ?

Il n’existe pas de cotation spécifique. Nous retrouvons simplement dans la NGAP la séance d’entretien de cathéter veineux central (AMI 4). Mais attention, cette cotation s’applique uniquement en dehors des périodes d’utilisation de la voie.

Comment peut-on coter l’organisation de la surveillance chez un patient avec une chimiothérapie ?

Il existe l’AMI 4 pour organisation de la surveillance (sans déplacement) qui correspond à une astreinte. Mais attention, cette cotation s’utilise uniquement les jours sans pose ni dépose. Et l’ordonnance doit clairement stipuler l’organisation de la surveillance.

Comment se cote un débranchement de chimiothérapie ?

Il s’agit d’un AMI 5 pour : “Forfait pour arrêt et retrait du dispositif d'une perfusion, y compris le pansement, la tenue du dossier de soins éventuellement la transmission d’informations nécessaires au médecin prescripteur; ce forfait ne se cumule pas avec un forfait de perfusion sous surveillance continue.”

À quoi correspond l’AMI 4,1 ?

Cet acte pour “Changement de flacon(s) ou branchement en Y sur dispositif en place ou intervention pour débranchement ou déplacement du dispositif ou contrôle du débit, pour une perfusion sans surveillance continue, en dehors de la séance de pose.” s’utilise dans tous les cas décrits. C’est également cet acte qui est utilisé lors d’une intervention non programmée suite à l’appel du patient pour une perfusion longue avec organisation de la surveillance.

Comment utiliser la MCI chez un patient cancéreux ?

La Majoration pour Coordination Infirmière (MCI) n’a rien à voir avec l’état cancéreux du patient. Elle s’utilise uniquement pour les pansements lourds et complexes et les patients en soins palliatifs. Attention la situation palliative ne s’applique pas à tous les patients cancéreux.

Chez un patient cancéreux, nous posons en même temps une hydratation et une alimentation sur 24h. Pouvons-nous cumuler 2 forfaits ?

Non, le forfait AMI 15 correspond à la préparation et à la pose DES produits. Un seul acte est donc cotable.

Vous l’aurez compris, aujourd’hui plus que jamais, l’acteur principal de la prise en charge de la chimiothérapie à domicile, c’est l’infirmière libérale.
Connaître les soins et leurs prises en charge, savoir ce que vous pouvez coter ou non, il s’agit d’informations primordiales pour être au plus juste de vos pratiques 
Pour avoir une meilleure prise en charge, éviter les erreurs et les indus de la CPAM, pour savoir comment coter, vous pouvez nous rejoindre dans une formation NGAP ou une formation oncologie et apprendre à distance tout ce que vous devez savoir pour devenir incollable.

Newsletter

Restez informé.e des dernières formations et actualités santé

independantodpcddqualiopimims
Copyright @ 2023 Santé Académie. Tous droits réservés