Formations
Ressources
Média
Appeler un conseiller
02 22 44 42 11 (gratuit)

Le reflux gastro-œsophagien (RGO) est une situation commune chez les nourrissons, caractérisée par le retour du contenu gastrique dans l'œsophage. Bien que cela puisse être source d'inquiétude pour les parents, il est important de reconnaître que, dans la majorité des cas, le RGO est bénin et se résout de lui-même au fur et à mesure que le système digestif de l'enfant se développe. Il faut différencier le RGO simple du RGO compliqué qui est relativement rare mais nécessite une attention particulière en raison des complications potentielles sur la santé du nourrisson.

Cet article vous aide à comprendre et prendre en charge le RGO dans votre pratique de médecine générale. Nous reviendrons sur les causes, le diagnostic et les traitements du RGO chez le nourrisson. Nous répondrons aussi aux questions fréquentes de vos confrères sur ce sujet.

Causes et symptômes du RGO

Le reflux gastro-œsophagien (RGO) chez le nourrisson est fréquent et se caractérise par le retour du contenu gastrique dans l'œsophage. Les causes incluent le développement physiologique incomplet du système digestif et la relaxation transitoire du sphincter inférieur de l'œsophage. 

Le symptôme qui caractérise le RGO sont les régurgitations, les nourrissons peuvent régurgiter du lait ou des aliments partiellement digérés peu de temps après avoir mangé. Cela peut arriver plusieurs fois par jour.

D’autres symptômes sont fréquemment attribués au RGO compliqué mais ne devraient en réalité participer à son diagnostic qu’en seconde ou troisième intention :

  • Pleurs / irritabilité
  • Malaise
  • Manifestations ORL
  • Manifestations respiratoires

D’autres diagnostics doivent être faits en 1ère intention. Si les autres diagnostics s’avèrent incorrects, on peut alors penser au RGO compliqué.

Le diagnostic du RGO compliqué du nourrisson

Pour confirmer le diagnostique du RGO compliqué, il faut faire une pH-métrie œsophagienne qui évalue l'acidité du reflux. Elle permet de quantifier l'exposition de l'œsophage au contenu gastrique acide​​. L’index de reflux (% de temps sur 24h où le pH < 4) doit être normalement inférieur à 5% en suivant l’indicateur suivant :

  • < 5% - pHmétrie normale
  • 5 - 10% - pHmétrie limite > normale
  • >10% - pHmétrie anormale

Traitement pour le RGO du nourrisson

  • Épaissir le lait peut réduire les régurgitations quotidiennes​​. Cependant, il n'est pas recommandé d'introduire du lait épaissi chez les nourrissons exclusivement allaités qui régurgitent​​. Les régurgitations sont bénignes dans la plupart des cas, il ne faut en aucun cas mettre en danger la poursuite de l’allaitement pour les réduire.

  • Les médicaments tels que le baclofène et le bétanéchol peuvent être prescrits pour des régurgitations importantes, invalidantes pour l’enfant, à condition qu'il n'y ait pas de pathologie respiratoire associée​​. En effet, ces médicaments peuvent déclencher des crises d’asthme. L'utilisation de pansements œsophagiens n'est pas recommandée chez les enfants qui ne sont pas en âge de s'exprimer​​.

  • Les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) sont souvent utilisés, mais leur efficacité n'est pas établie dans le RGO simple, uniquement dans l’oesophagite. De plus, ils ont des effets indésirables comme l'augmentation du risque d'infections digestives, ORL et respiratoires ou la sensibilisation aux allergènes alimentaires chez les nourrissons​​.
    On recommande de prescrire des IPP mais pas plus de 2 semaines si les résultats ne sont pas puissants. 

Pour la grande majorité des RGO, qui seront des RGO simples, la recommandation est d’épaissir le lait chez les nourrissons non-allaités et de rassurer les parents.

Pour approfondir le sujet en formation continue, suivez la formation pédiatrie 0-3ans pour médecin généraliste.

Questions Fréquemment posées

Quelles mesures diététiques pour le RGO ?

La seule méthode diététique qui a démontré son efficacité est l’épaississement du lait en l'absence d’allaitement. En cas d’allaitement, il n’est pas recommandé d’introduire un lait épaissi ou d’épaissir le lait tiré. 

D’autres méthodes sont fréquemment utilisées mais ne sont pas démontrées comme efficaces :

  • Diminuer le volume de biberons (sauf si gros volumes)
  • Éliminer les jus d’agrumes, de tomates
  • Éliminer le chocolat et la menthe
  • Recommander les probiotiques et prébiotiques
  • Recommander la réduction pondérale

Modifier l’alimentation maternelle n’a pas non plus d’impact sur le RGO en cas de nourrisson allaité.

Comment différencier colique et RGO ?

Contrairement au RGO, les coliques sont des pleurs et agitations par crises paroxystiques et prolongés, en général chez le moins de 4 mois. Comme la majorité des RGO, les coliques sont bénignes.

Quand évoquer une œsophagite du nourrisson ?

L'œsophagite, une complication possible du RGO, doit être envisagée uniquement en cas d'hématémèse. Même dans ce cas, l’oesophagite reste rare. Elle ne doit pas être évoquée uniquement sur la base de pleurs inexpliqués​​ à la prise du biberon, l’examen nécessaire pour la confirmer est invasif et n’est pas anodin pour le nourrisson.

Quand faire une pH-métrie ?

La pH-métrie est nécessaire en cas de signes extra-digestifs et suspicion de RGO en seconde intention. Elle peut également être utile en cas de régurgitations mais n’est pas indispensable. Elle aide à quantifier le reflux acide et à déterminer son impact sur l'œsophage​​.

Quelle position pour éviter les régurgitations du bébé ?

Le positionnement n’a pas d’intérêt pour les RGO. Certaines positions, comme les positions ventrales ou en décubitus latéral gauche, peuvent réduire les reflux acides mais ne sont pas recommandées en raison de l'augmentation du risque de mort subite. La surélévation de la tête n'a pas non plus démontré son intérêt dans le traitement du RGO​​.

Quand faut-il prescrire un traitement par IPP pour le RGO du nourrisson ?

La prescription d'inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) n’est pas indiquée pour le RGO simple, ils sont efficaces uniquement en cas de complications graves comme l'œsophagite. De plus, leur utilisation n'est pas approuvée avant l'âge d'un an sans supervision médicale stricte. Les IPP ne sont pas systématiquement efficaces pour tous les symptômes du RGO et peuvent présenter des risques. 

Les effets secondaires potentiels des IPP sont :

  • Risque d’infections digestives, ORL, respiratoires
  • Risque de sensibilisation aux allergies alimentaires
  • Céphalées, diarrhée, constipation, nausées
  • Hyperplasie des cellules pariétales gastriques

Combien de temps dure le RGO du nourrisson ?

La durée du RGO varie d'un nourrisson à l'autre. Chez la plupart des bébés, les symptômes s'améliorent avec l'âge, surtout après les premiers mois de vie, à mesure que leur système digestif mûrit. Toutefois, chez certains enfants, le RGO peut persister et nécessiter une gestion continue.

Est-ce qu’il y’a des facteurs de prédestination d’un enfant au RGO ? (Surcharge pondérale, prématurité)

Non, le RGO correspond à l’immaturité du système anti-reflux et de la motricité oesophagienne. L’immaturité est très dépendante de chaque enfant.

Est-ce que l’utilisation de l’eau de chaux est recommandée en cas de RGO ?

L’utilisation de l’eau de chaux n’a pas démontré son efficacité dans la réduction des régurgitations, mais elle peut avoir le même effet placebo que les IPP sans leurs effet secondaires. Elle n’est pas spécialement recommandée mais n’est pas non plus nocive.

RGO et allergie au lait de vache (APLV)

Un reflux qui persiste, qui devient très important avec de grosses régurgitations ou qui est associé à une forte perte pondérale, peut être une allergie aux protéines de lait de vache.

On recommande dans ce cas d’essayer un hydrolysât de protéines de lait de vache ou de riz puis d’essayer une ré-introduction 4 semaines plus tard pour le confirmer. 

Même s’il est difficile de le faire après un test efficace, il est important de réintroduire pour deux raisons principales :

  • Certaines allergies aux protéines de lait de vache peuvent guérir en 4 semaines.
  • Un régime sans protéines de lait de vache pendant plusieurs mois peut être pénible et potentiellement dangereux. S’il y a vraiment une allergie non confirmée et que l’attention se relâche, il y a un risque de réaction allergique forte.

Cet article a été validé par des professionnels de santé et vérifié par des sources sûres au moment de sa publication. Il ne prétend cependant pas à l’exhaustivité des informations fournies. Le présent article n’a qu’un but informatif et ne remplace pas une formation ou un conseil médical.

Sources :

Manuel MSD - Pédiatrie, Édition professionnelle​​.
Ameli.fr, "Reflux gastro-œsophagien du nourrisson : quel traitement"
Pas à Pas en Pédiatrie.
Parents.fr, "Œsophagite chez le bébé : causes, symptômes et traitement"
Webinaire "RGO en cabinet libéral" par le Professeur Tounian pour Santé Académie

Newsletter

Restez informé.e des dernières formations et actualités santé

independantodpcddqualiopimims
Copyright @ 2024 Santé Académie. Tous droits réservés