Formations
Ressources
Média
Appeler un conseiller
02 22 44 42 11 (gratuit)

La santé est la préoccupation première des Français selon une étude publiée par l’IFOP en août 2023, et cela, devant l’inflation, la lutte contre la délinquance et l’éducation. Pénurie de médecins, déserts médicaux, santé publique, pénurie de médicaments… Quelles sont les réponses des quatre grands partis qui se présentent aux élections législatives de ce dimanche ? Santé Académie décrypte les grandes propositions pour la santé qui ont été intégrées dans leurs programmes.

LUTTER CONTRE LES DÉSERTS MÉDICAUX

Six millions de Français n’ont pas de médecin traitant, 10% d'entre eux souffrent d’une affection longue durée. Cette désertification médicale est la conséquence de plusieurs décennies de politiques de santé défaillantes notamment en termes de pilotage de l’offre de soins. De plus, les territoires avec la démographie de médecin la plus faible sont également ceux avec les médecins les plus âgés. 

L’alliance des gauches propose de réguler l’installation des médecins dans les déserts médicaux. Le Nouveau Front Populaire n’a pas expliqué plus précisément dans son programme quel était son plan d’action pour mettre en place cette mesure, mais l’été dernier, Guillaume Garot, membre du Parti Socialiste avait tenté de modifier la loi Valletoux, sans succès, afin de conditionner l’installation des médecins dans les zones bien dotées à une autorisation de l’Agence régionale de Santé (ARS) en mettant donc fin à la liberté d’installation. Dans son programme, le Nouveau Front Populaire parle également de rétablir une permanence des soins en conditionnant l’ouverture des cliniques privées à la participation à la permanence des soins avec un reste à charge à zéro ainsi que rétablir cette dernière pour les médecins libéraux exerçant en centre de santé.

L’alliance des gauches souhaite également engager un plan pluriannuel de recrutement des professionnels du soin et du médico-social (médecins, infirmiers, aides soignants, personnels administratifs) et de revalorisation des salaires et des métiers. Le but étant de symboliser le retour du service public via le rattrapage des postes manquants de fonctionnaires notamment à l’hôpital public, dans le soin et le médico-social.

Le Rassemblement National dit lui aussi vouloir réduire les déserts médicaux notamment en augmentant le nombre d’étudiants en médecine. Pour ce faire, il propose de  supprimer la numerus apertus en modifiant l’article L.631-1 pour élargir la capacité d’accueil des universités, leur donnant des moyens d’accueillir chaque année un nombre d’étudiants sur la base des besoins des territoires. Le Rassemblement national souhaite inciter les jeunes médecins à s’installer dans des zones désertées grâce à une rémunération basée sur des critères de pénibilité, de responsabilité et de besoin des territoires. Il souhaite également alléger les dispositifs de cumul emploi retraite pour les médecins et les infirmières et supprimer l’impôt sur le revenu d’activité des médecins et des infirmières retraités qui reprendraient du service.

Ensemble, le parti de la majorité présidentielle, propose de simplifier drastiquement l’accès à la santé pour libérer 20 millions de rendez-vous médicaux par an. Pour cela, le parti souhaite permettre aux pharmaciens, sages-femmes, infirmiers, opticiens et orthophonistes de réaliser une vingtaine d’actes médicaux du quotidien tels que la vaccination en pharmacie ou l’adaptation de la prescription de lunettes par les opticiens. Ensemble compte également élargir le système de gardes en ambulatoire à d’autres professions de santé afin de renforcer l'accès aux soins en dehors des heures normales de fonctionnement des services de santé, comme les soirs, les week-ends et les jours fériés.

SANTÉ PUBLIQUE

La majorité présidentielle promet une mutuelle à 1 euro par jour pour les 3 millions de Français qui n’auraient pas les moyens de se payer une complémentaire santé. Ils souhaitent également, d’ici la fin de l’année, mettre en place le remboursement intégral des fauteuils roulants, électriques et manuels, pour nos compatriotes en situation de handicap moteur. Ils seront pris en charge par l’assurance maladie et les complémentaires santé. Le parti Ensemble souhaite protéger la santé des femmes en développant des consultations de prévention de la ménopause, de l’infertilité et de prise en charge de l’endométriose. 

Le Rassemblement National propose la suppression de l’Aide Médicale d'État (AME) pour les étrangers en situation régulière qui serait remplacée par une aide d’urgence. En 2022, l’AME représentait 0,968 milliard d’euros, soit 0,5% des dépenses de santé en France. Il souhaite également renforcer le soutien aux proches-aidants, donner plus de place à la prévention grâce aux visites médicales scolaires qui deviendront systématique et enfin reconnaître l’endométriose comme affection longue durée

En termes de santé publique, le Nouveau Front Populaire souhaite augmenter les moyens de la Mission interministérielle de la vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) et élargir son domaine d'intervention à la santé publique. En effet, dans son rapport d’activité 2021, la Miviludes se dit préoccupée par les agissements de certains praticiens animés par un refus de la médecine conventionnelle. Le parti souhaite également lutter contre la transphobie en augmentant les moyens dans la santé pour les transitions. Enfin, il souhaite développer des maisons de Sport-Santé dans tout le pays et rembourser le sport sur ordonnance. 

Le parti Les Républicains propose de doubler, par redéploiement de dépenses actuellement inutiles, le budget de l’Union européenne consacré à la recherche et à l’innovation pour la période 2024-2027 tout en fixant l’objectif de 4% du PIB européen consacré à la recherche et à l’innovation (publiques et privées) d’ici à 2030. Le but est d’augmenter l’espérance de vie des Français en bonne santé en trouvant des traitements efficaces contre le cancer, les maladies liées au vieillissement, le diabète, l’endométriose et les maladies mentales.

SAUVER L’HÔPITAL PUBLIC

Le Rassemblement National dit vouloir soutenir l'hôpital public. Dans ses mesures, il explique vouloir limiter la bureaucratie à l'hôpital en proposant de plafonner à 10% la part des postes administratifs et de supprimer les Agences Régionales de Santé (ARS). Le parti souhaite que les préfets coordonnent l’action en santé en lien directement avec un préfet délégué à la santé issu du terrain.

Les Républicains souhaitent développer un réseau d'hôpitaux européens de haut niveau dans un cadre transfrontalier afin d’améliorer la coopération en matière de soins de santé entre les pays européens, de lutter contre les déserts médicaux et de mutualiser l'excellence médicale européenne.

Pour le parti présidentiel, une facture informative sera envoyée aux Français à chaque passage à l’hôpital ou en médecine de ville à partir de 2025. Cela vise à favoriser la transparence pour que chaque Français connaisse le coût des soins et contribue à mieux repérer les cas de fraude.

PÉNURIE DE MÉDICAMENTS

Selon une étude réalisée par France Assos Santé en mars 2023, 37% des Français ont été confrontés à des pénuries en pharmacie et l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a reçu plus de 3700 signalements de ruptures de stock et déclarations de risque de rupture en 2022. Cela représente une hausse de 73% en un an. Aujourd’hui, la France dépend à hauteur de 60 à 80% des importations, notamment de la Chine, pour la production de médicaments dits matures.

Le Front de gauche ainsi que le parti républicain souhaitent mettre fin à la dépendance de la France et de l’Europe dans des domaines stratégiques comme celui des médicaments. Le parti des républicains a étayé son propos, il veut constituer des stocks stratégiques européens de produits pharmaceutiques, d’équipements médicaux et de vaccins, déployer une politique de relocalisation de l’industrie pharmaceutique en Europe et assurer notre autonomie stratégique dans le domaine de la santé.

Pour contrer la pénurie de médicaments, le Rassemblement National souhaite lancer un plan d’autonomie stratégique pour les médicaments et mettre en place, à l’horizon 2026, la vente de médicaments à l’unité pour lutter contre les pénuries et le gaspillage.

Pour ce qui est du parti présidentiel, Emmanuel Macron a présenté au début du mois un plan de relocalisation d’une cinquantaine de médicaments dit essentiels. Ces huit nouveaux projets de relocalisation représentent un investissement de plus de 160 millions d’euros, soutenus par l’Etat.

Pour en savoir plus, vous trouverez ci-dessous les différents programmes majoritaires pour les élections de ce dimanche : 

Programme "Maitriser notre destin” - Les Républicains : 

Programme “Ensemble” - majorité présidentielle :

Programme du Nouveau Front Populaire

Programme ”Temps de l’urgence” - Rassemblement National

Newsletter

Restez informé.e des dernières formations et actualités santé

qualiopiindependantodpcddmims
Copyright @ 2024 Santé Académie. Tous droits réservés